À la gare de Houdan

Publié le par Claudine Jourdan Gérard

Trois cheminots et l'épouse du chef de gare de Houdan sont d'accord sur un point plus d'un mois après les faits :

Ils ont vu la Cadillac le 25 mai 1923 peu après 22h, 22h10 pour être précis. 

Le conducteur a le signalement de Guillaume Seznec. Le passager celui de Pierre Quéméneur. 

Le Petit Parisien 1/7/23

Le Petit Parisien 1/7/23

D'après le témoignage de M.Garnier la Cadillac à abordé la gare côté gare de marchandises. Guillaume Seznec dit avoir vu Pierre Quéméneur accéder à la gare des voyageurs de ce côté-là .

La barrière était fermée, la voiture l'a heurtée. Le conducteur en fait rapidement le tour pour évaluer les dégâts. Puis prend la route de Vauchères. 

Le Petit Parisien 20 /10/1923

Le Petit Parisien 20 /10/1923

Le facteur Émile Nouvion précise les choses. M.Garnier à expliqué aux automobilistes comment rejoindre la route de Paris. Néanmoins ils prennent la direction de Saint Lubin à l'arrière de la gare. 

Émile Nouvion voit la voiture repasser devant la gare, à 50m de lui, un soir de pleine lune. Il nous parle du conducteur, pas du passager. Il décrit la Cadillac, capote relevée, rideaux tirés. Sûrement pas celle que Pierre Dectot a décrite 15 km plus loin.

Ouest-eclair 1/11/1923

Ouest-eclair 1/11/1923

Devant la Cour d'Assises Me Kahn s'attache à faire remarquer qu'un train partait de Houdan pour Paris à 22h40, 22h 31 exactement. 

Il avait bien raison. 

De toutes façons si c'est la Cadillac que Thérèse Malet a vu au carrefour de la route de Bazainville elle pouvait être arrêtée là pour permettre à ses occupants de se reposer avant le passage du train à 4h08 le lendemain matin à Montfort-L'Amaury. 

Et ce n'est pas exclu, si les deux hommes ont finalement pris la route de Paris, que,  alerté par un coup de téléphone depuis le Plat d'Etain, l'interlocuteur parisien de Pierre Quéméneur soit venu à leur rencontre. S'il n'est pas prouvé que Pierre Quéméneur ait donné ce coup de fil à Houdan, le contraire n'est pas prouvé non plus ! Je suppose que c'est Guillaume Seznec qui a révélé ce détail à ses défenseurs. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article